l’Amour de la Raison Universelle


Copyright: le présent ouvrage a fait l'objet d'un dépôt légal et est protégé par le droit d'auteur contre la copie ou la fausse appropriation.

 


Notes

         

           

        Des symboles signalent les principales notes et citations additionnelles (#), ainsi que le renvoi à un article ou à un ouvrage spécialisé (§). Pour de nombreuses citations, je mentionne également souvent d’autres textes où le même auteur, ou un de ses disciples, exprime une vue proche, afin de conforter l'authenticité et souligner l’importance que cette idée avait dans sa pensée. D’autres citations sont également présentées sur le site www.willeime.com

 

        Ouvrages utilisés: Les fragments de Démocrite et des présocratiques sont numérotés d’après le recueil de Diels-Krantz (noté DK). L’édition “les Ecoles Présocratiques” (notée EP) de Jean-Paul Dumont (Folio Gallimard 1991) me sert ici de référence, toutefois la traduction retenue est quelquefois celle proposée dans d’autres ouvrages (“Démocrite” de Maurice Solovine. “Penseurs grecs avant Socrate. De Thalès de Milet à Prodicos”). Pour Epicure et Spinoza, diverses traductions ont été ponctuellement utilisées. Le poème de Lucrèce est souvent préféré dans la traduction d’Henri Clouard. Certains fragments d’Epicure sont numérotés d’après le recueil “Epicurea” d’Hermann Usener (noté Us). Les fragments de l’épicurien Diogène d’Oenoanda ont été publiés sous le titre “La philosophie épicurienne sur pierre” par Alexandre Etienne et Dominic O’Meara. Les textes d’Einstein sont numérotés selon les “Einstein Archives” (notées EA, www.alberteinstein.info). Les ouvrages utilisés sont: “Collected papers of Albert Einstein” (noté CPAE), “Ideas and Opinions” (noté IO), “Comment je vois le monde” (noté CVM, Flammarion 1979), “Autobiographical notes” (noté AN), “Out of my later years” (noté LY), “les lettres à Maurice Solovine”, “The Born-Einstein letters”, “The New Quotable Einstein” d’Alice Calaprice (noté NQ), “Albert Einstein, The Human Side” d’Helen Dukas et Banesh Hoffman (noté HS), “Einstein and religion” de Max Jammer (noté ER), et “Einstein philosophe” de Michel Paty (noté EPH).

 

Un Courant Millénaire

 

        1 - "La loi de la grande Étude, consiste à développer et à rendre sa clarté au principe lumineux de la Raison que nous tenons du ciel" Confucius, Ta-hio (la grande étude, 1).

        2 - “Des nombres sont sortis les points, des points les lignes, des lignes les surfaces, des surfaces les volumes, et des volumes tous les corps physiques que nous connaissons” Pythagore d’après Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres, Pythagore. “Selon Philolaos (pythagoricien), la géométrie est le principe et la patrie de toutes les sciences” (Philolaos DK A-VIIa; EP p251).

        3 -“Rien n’arrive sans cause, mais tout a une raison déterminée et est du à la nécessité” Leucippe d’après Aétius, Opinions, I, XXV, 4 (DK B-II; EP p400).

        4 - “Voilà ce que je dis de toutes les choses” Démocrite d’après Cicéron, Premiers académiques, II, XXIII, 73 (DK B-CLXV; EP p542).   5 -“Un tourbillon de toutes sortes de figures s'est séparé du tout” Démocrite d’après Simplicius, Commentaire sur la physique d’Aristote, 327, 24 (DK B-CLXVII; EP p543).
        6 - “Notre ciel et tous les mondes ont pour cause le hasard: car c’est du hasard que provient la formation du tourbillon” Démocrite d’après Aristote, Physique, II, IV (DK A-LXIX; EP p437). En complément, voir (Leuccipe DK A-I; EP p383).
        7 - “La liaison fortuite des atomes est l'origine de tout ce qui est” Démocrite d’après Cicéron, Des Fins, I, VI, 17 (DB A-LVI; EP p431).
        8 - “L'univers est infini parce qu'il n'est l'œuvre d'aucun démiurge” Démocrite d’après pseudo-Plutarque, Stromates, 7 (DK A-XXXIX; EP p422).
        9 -“Les mondes sont illimités et différents en grandeur: dans certains il n’y a ni soleil ni lune, dans d’autres le soleil et la lune sont plus grands que chez nous, et dans d’autres il y en a plusieurs. Les intervalles entre les mondes sont inégaux. Dans certains endroits il y en a plus, alors qu’il y en a moins dans d’autres. Les uns croissent, d’autres sont à leur apogée, et d’autres meurent. Ici ils naissent alors que là ils disparaissent en entrant en collision. Certains mondes sont privés d’animaux, de plantes et de toute humidité” Démocrite d’après Hippolyte, Réfutation de toutes les hérésies, I, 13 (DK A-XL; EP p423).
        10 - “L’humide est le premier responsable de la vie” Démocrite d’après Aétius, Opinions, V, XIX, 6 (DK A-CXXXIX; EP p475).
        11 - “Le corps est mû par l’âme, mais l’âme est quelque chose de corporel” Démocrite d’après Aristote, Traité de l’âme, I, V, (DK A-CIVa; EP p452). En complément, voir (Leuccipe DK A-XXVIII; EP p396).
        12 - “Elle se désagrège en même temps que le corps” Démocrite d’après Aétius, Opinions, IV, VII, 4 (DK A-CIX; EP p454). Voir aussi (DK B-CCXCVII; EP p596).

        13 - Quel sage a jamais vécu et fait une œuvre égale à celle de Démocrite.... le meilleur de tous les philosophes” Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres, Démocrite (DK A-I; EP 401).
       
14 -“Démocrite, le plus subtil de tous les anciens” Sénèque, Questions naturelles, VII, 3, 2 (DK A-XCII; EP p446).
        15 - “Le divin Démocrite” Lucrèce, Chant V, 622.

        16 - “Alors que l'humanité gisait sur la terre, écrasée sous le poids de la religion qui depuis les cantons du ciel faisait peser son horrible regard sur les mortels, pour la première fois, un grec, homme mortel, osa lever les yeux contre elle ... ” Lucrèce, Chant I, 62-79.

        17 -“L’univers a toujours été et sera toujours ce qu’il est actuellement, car il n’existe rien d’autre en quoi il puisse se changer, et il n’y a rien en dehors qui puisse agir sur lui” Epicure, Lettre à Hérodote, 39. De même, selon Démocrite l’univers est immuable (DK A-XXXIX; EP p422).
        18 -“A l’intérieur de l’univers, ce n'est pas seulement le nombre des atomes, mais c'est aussi celui des mondes qui est infini” Epicure, Lettre à Hérodote, 45. # Epicure et la religiosité naturelle:Epicure et ses amis pratiquaient plusieurs formes de culte en raison de causes naturelles” (Us 13), car “pour remplacer la religion, la philosophie doit en tant que philosophie devenir religion” Ludwig Feuerbach (nécessité d'une réforme de la philosophie).

        19 - “Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses, et qui, foulant aux pieds toute crainte, méprise l'inexorable destin et les menaces du cupide Achéron (les enfers)” Virgile, Les Géorgiques, II, 490. #Virgile épicurien: Virgile a suivi les enseignements de philosophes du jardin, dont le célèbre Siron, et vivait parmi un cercle d’épicuriens. Cette philosophie a fortement marqué l’écriture de ses poèmes, même si Virgile n’est pas un authentique disciple d’Epicure.

        20 - “La nécessité est la maîtresse et la tutrice de la nature” Cahiers de Leonard de Vinci, Maximes philosophiques. # Leonard écrit également que: “La nécessité est le thème et l’inventeur, l'éternel courbeur et loi de la nature”. “Dans la nature, tout a toujours une raison. Si tu comprends cette raison, tu n'as plus besoin de l'expérience.” “L'homme qui reproche la certitude suprême des mathématiques se nourrit de confusion, et ne peut jamais sortir des contradictions des pseudosciences qui conduisent à un éternel charlatanisme.”

        21 - “Je ne sais rien d’autre... il n’y a pas d’autre philosophie que la philosophie de Spinoza” Gotthold Lessing d’après Friedrich Heinrich Jacobi, lettres à Moses Mendelssohn. Pour la place majeure de Spinoza dans le courant des lumières, lire § Les lumières radicales: la philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité. Jonathan Israel.

        22 - Déclaration d’indépendance des états-unis d’amérique, 4 juillet 1776. “Tu n’es pas un vrai disciple de notre maître Epicure” lançait Thomas Jefferson à l’un de ses collègues qui se contentait d’observer passivement le cours des choses. Thomas Jefferson, lettre à William Short, 31 Octobre 1819. Voir aussi, la lettre à Charles Thompson, 1816. Thomas Jefferson déclarait être disciple d’Epicure, mais il était en fait plus proche du déisme matérialiste de Pierre Gassendi. Il possédait les oeuvres de Spinoza dans sa bibliothèque.

        23 - Saint-Just, discours prononcé devant la Convention, le 13 ventôse An II (3 mars 1794).

        24 - "Je veux savoir comment Dieu a créé ce monde, je ne suis pas intéressé par tel ou tel phénomène, par le spectre de tel ou tel élément. Je veux connaître ses pensées. Tout le reste n’est que détails" Einstein d’après Esther Salaman, A Talk with Einstein, The Listener, vol 54, p370,1955 (ER p123 ou NQ p194).

 

L'Amour Intellectuel de la Raison Universelle

 

        1 - “La connaissance du troisième genre” Spinoza, Ethique, II, XL, scholie II et Ethique, V, XXV-XXXVI. #Epistémologie épicurienne. Pour Epicure (canonique), il est nécessaire d’admettre ce qu’il appelle les “représentations intuitives de la pensée” parmi les critères de vérité (Diogène Laerce, X, 31), sans quoi l’homme sombre dans un gouffre inexpugnable (Maxime Capitale n°24). En complément, voir (Lucrèce, IV, 462-521. Démocrite galien, de la médecine empirique, fgm H schône, 1259,8 ; p 530)

        2 - “Ce qui m'intéresse vraiment c'est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde, c’est-à-dire si la nécessité issue de la simplicité logique laisse ou non un quelconque degré de liberté” Einstein à son assistant Ernst Straus (Carl Seelig, Helle Zeit-Dunkle Zeit, p72 ou ER p124 ou NQ p209).

        3 - “Toutes les choses ont découlé nécessairement et découlent sans cesse avec une égale nécessité, de la même façon que de la nature du triangle il résulte de toute éternité que ses trois angles sont égaux à deux droits” Spinoza, Ethique, I, XVII, scholie.

        4 - “Dieu, c’est à dire la nature” Spinoza, Ethique, IV, préface.

        5 - La nature contient “une infinité de choses infiniment modifiées, c'est-à-dire tout ce qu’un entendement infini peut concevoir” Spinoza, Ethique, I, XVI.

        6 - “Le sentiment religieux engendré par l’expérience de la compréhension logique de profondes interrelations est quelque chose de différent du sentiment que l’on appelle généralement religieux. C’est plus un sentiment d'admiration pour l’ordre qui se manifeste dans l’univers matériel” Einstein à un rabbin de Chicago, W. Plaut, fin 1939 (HS p69/70).

        7 - “Je peux comprendre votre aversion pour le mot “religieux” pour décrire l’attitude émotionnelle et psychologique qui se révèle le plus clairement chez Spinoza. Je n’ai pas trouvé de meilleur mot que “religieux” pour la foi dans la nature rationnelle de la réalité qui est, au moins partiellement, accessible à la pensée humaine. Dès lors que ce sentiment est perdu, la science dégénère en un empirisme dénué d’inspiration” Einstein, lettre à Maurice Solovine, 1 Janvier 1951 (EA 21-274).

        8 - Un ouvrage intitulé “Mikros Diakosmos” apparaît dans la liste des œuvres de Démocrite établie par Diogène Laërce. David, philosophe arménien de la fin du Ve siècle, rapporte que “pour Démocrite, l’homme est un microcosme”, dans ses prolégomènes à Aristote, 38, 14 (DK B-XXXIV; EP p516). Cette notion apparaît également chez Hippocrate qui a subi une influence démocritéenne.

        9 - “Sont dieux, les principes de l’intellect” Démocrite, d’après Cicéron, De la nature des Dieux, I, XLIII, 120 (DK A-LXXIV; EP p439). En complément, voir Aétius, Opinions, I, VII, 16 (DK A-LXXIV; EP p438) et (DK B-CXXIX; EP p531).

        10 - “Démocrite s’identifiait comme la voix de Zeus Démocrite d’après Sextus Empiricus, Contre les mathématiciens, VII, 265 (DK B-CLXV; EP p541). En complément, voir (DK B-CXLII; EP p534).

        11 - “La Raison, cette lumière divine” Spinoza, Traité théologico-politique, chapitre XV. Voir aussi, Ethique, II, XLIII, scholie:“notre entendement est une partie de l'intellect infini de Dieu, quand il perçoit les choses véritablement”.

        12 - Plus nous comprenons les choses singulières, plus nous comprenons Dieu” Spinoza, Ethique, V, XXIV.

        13 - “Tout en ayant une nature mortelle et en disposant d’un temps limité, tu t’es élevé grâce aux raisonnements sur la nature jusqu’à l’illimité et l’éternité, et tu as observé: ce qui est, ce qui sera et ce qui a été” Epicure, Sentence vaticane n°10, attribuée à Métrodore par Clément d’Alexandrie. C’est la vision qu’Homère prêtait aux dieux.

        14 - “Devant de telles visions, une joie divine, un saint frémissement me saisissent à la pensée que ton génie a contraint la nature à se dévoiler tout entière” Lucrèce, Chant III, 28-30.

 

L'Idéalisme Héroïque

 

        1 - L’homme sage et savant est la mesure de toute chose. Démocrite d’après Albert le Grand, Ethique, I, I, 3 (DK B-CCCIX; EP p583). Pour Démocrite, le sage n’a pas besoin de l’autorité des lois, il fait le bien naturellement (DK A-CLXVII EP 487). # Pour Protagoras, “(n’importe quel) homme est la mesure de toute chose”. Après avoir été élève de Démocrite à Abdère, Protagras déforme cette formule démocritéenne en un relativisme que Démocrite, puis Epicure dénoncèrent (DK A-VIII; EP p406. Plutarque, Contre l’épicurien Colotès, VI. DK B-LXIX; EP p521). Platon repris aussi cette formule mais pour la retourner en un sens théologique: “Dieu (transcendant) est la mesure de toute chose” (Lois, IV, 716c).# Lumière antique. Démocrite est une source majeure du courant athée, humaniste, universaliste, anti-esclavagiste (pseudo-Hippocrate, lettre n°17) et pro-démocratique (DK B-CCLI; EP p559) que combattait Platon (les sophistes venaient presque tous d’Abdère). § La société ouverte et ses ennemis. Karl Popper. Chapitre 10 et 11.

        2 - “l'amour intellectuel de l’esprit pour Dieu est une partie de l'amour infini que Dieu a pour soi-même... cet amour est donc une action par laquelle l’esprit se contemple soi-même... il ne se distingue donc véritablement pas de la gloire” Spinoza, Ethique, V, XXXVI. Jean-Jacques Rousseau exprime une idée proche lorsqu’il parle de “l’amour de l’auteur de son être, amour qui se confond avec ce même amour de soi” (Emile ou de l'éducation, IV). # la signification de l’amour intellectuel de Dieu: Spinoza nous dit que l’amour intellectuel de Dieu est un sentiment identifiable à la gloire ou à la satisfaction de soi (Ethique, V, XXXVI, scholie). Il nous renvoie à la définition XXV des affects (Ethique III), où il oppose ce sentiment à l’humilité (dans l’explication suivante). Spinoza définit aussi la satisfaction de soi-même comme “une joie accompagnée de l’idée de soi comme cause” (Ethique, III, LIII, et III, LI, scholie), et l'appelle simplement “amour de soi” (dans l’explication de la définition XXVIII).

        3 - “l'humilité n'est point une vertu” Spinoza, Ethique, IV, LIII.

        4 - “la satisfaction de soi-même, vient de ce que l'homme contemple son être et sa puissance d'agir, est ce que nous pouvons posséder de plus haut” Fusion de deux phrases de Spinoza sur la satisfaction de soi: Ethique, III, Définition XXV et IV, LII, Scholie.

        5 - “Dieu glorieux” l’expression employée par Lucrèce à propos d’Epicure, Chant V, 8.

        6 - “Il vaut mieux faire de bons calculs, même malchanceux, qu’avoir de la chance après de mauvais calculs, car ce qui a de la valeur, c’est réussir dans les entreprises que l’on a sagement méditées” Epicure, lettre à Ménécée, 135. En complément, voir les maximes vaticanes n°35 et 48.

        7 - “La recherche de la vérité et de la beauté est une activité où il est permis de rester enfant toute sa vie” Einstein, note adressée à Adrianna Enriques, octobre 1921 (EA 36-588; HS p83). # Einstein et l’enfance. Einstein invoque l’émerveillement de l’enfant à d’autres occasions: “[Ernst Mach] regarda le monde avec les yeux d’un enfant jusqu’à un âge avancé” (CPAE vol6 doc29; NQ p90). “Bohr est là et je suis épris de lui. Il est comme un enfant extrêmement sensible qui se déplace dans ce monde, comme dans une sorte de transe” (lettre à P. Ehrenfest, 4 mai 1920; NQ p73). “Nous ne cessons jamais de rester comme des enfants curieux devant le grand mystère dans lequel nous sommes nés (lettre à O. Juliusburger, 29 septembre 1947; HS p82). La joie de l’enfant était également une référence chez les épicuriens (Sénèque, lettre à Lucilius n°124. Cicéron, des Fins, I, XXI, 71. Sentence vaticane n°60).

        8 - “Si je ne m’obstine pas inlassablement à poursuivre cet idéal éternellement inaccessible en art et en science, la vie n’a aucun sens pour moi” Einstein, Comment je vois le monde, 1931 (CVM p8-10 ou IO p9/10).

        9 - “la joie mêlée de larmes” est un trait d’Epicure rapporté dans le traité polémique de Plutarque, Qu'il n'est pas même possible de vivre agréablement selon la doctrine d'Epicure. # La mort d’Epicure. L’héroïsme existentiel est perceptible chez Epicure juste avant (Us 138. Us 122), fasciné par le plaisir d’avoir triomphé de l’existence. Ne pas se cacher la dureté de la condition humaine, ni nier la souffrance, mais la surmonter grâce à une joie accrue par la pratique philosophique est un idéal qui transparaît nettement dans la lettre à Idoménée, dans le fragment cité par Marc-Aurèle (Us 191) et aussi chez Lucrèce. Je vous invite à faire le lien entre cette invincibilité acquise (Us 141. Us 601) et les cris de joie des épicuriens (Us143. Us 419. Us605). § “Nietzsche et Epicure: l'idylle héroïque” Richard Roos, Lectures de Nietzsche.

        10 - “Va ton chemin en indestructible et souviens toi de moi comme d’un indestructible” Epicure à Colotès, d’après Plutarque, Contre l’épicurien Colotès (Us 141).

 

L'Homme Libéré Veut Parachever la Création

 

        1 - “Voilà donc la fin à laquelle je dois tendre: acquérir cette nature humaine supérieure, et faire tous mes efforts pour que beaucoup d'autres l'acquièrent avec moi...” Spinoza, Traité de la réforme de l’entendement, II, 14.

        2 - “Nos raisonnements perfectionnent les données fournies par la nature, et y ajoutent de nouvelles inventions” Epicure, Lettre à Hérodote, 75. # Epicurisme et progrès. “Navigation, culture des champs, architecture, lois, armes, routes, vêtements et toutes les autres inventions de ce genre, et celles mêmes qui donnent à la vie du prix et des plaisirs délicats, poèmes, peintures, statues parfaites, tout cela a été le fruit du besoin, de l'effort et de l'expérience ; l'esprit l'a peu à peu enseigné aux hommes dans une lente marche du progrès. C'est ainsi que le temps donne naissance pas à pas aux différentes découvertes qu'ensuite l'industrie humaine porte en pleine lumière. Les hommes voyaient en effet les arts éclairés d'âge en âge par des génies nouveaux, pour atteindre un jour leur plus haute perfection” Lucrèce (Chant V, 1448-1457).

        3 - “En tant que l’homme est une partie de la nature, il constitue une partie de la puissance de la nature Spinoza, Traité Théologico-Politique, chapitre IV.

        4 - “La nature domine la nature, et la nature triomphe de la nature” Démocrite d’après pseudo-Synésios, à Dioscorus, commentaires sur Démocrite (DK B-CCC17 et 18; EP p579/80). En complément, voir (DK B-CLXXII; EP p543. DK B-CCLVII et CCLVIII; EP p561).

        5 - “Le développement de la technologie signifie que de moins en moins d’efforts sont réclamés à l’individu pour la satisfaction des biens de la communauté... ainsi l’énergie et le temps libre que l’individu gagne peut être utilisé pour le développement de sa personnalité” Einstein, société et personnalité (IO p15 ou CVM p14). En complément, voir le texte “science and society” (LY).

        6 - “Déploie ton jeune courage, enfant, c’est ainsi que l’on s'élève jusqu'aux astres” Apollon s'adressant au fils d’Énée. Virgile, (l'Enéide, IX, 641).

 

L'Essence Eternelle de notre Ame Matérielle

 

        1 - “Chacun de nous quitte la vie avec le sentiment qu'il vient à peine de naître” Epicure, Sentence vaticane n°60. En complément, voir (Us 495).

        2 - “La mort n’est rien pour nous” Maxime capitale n°II [= sentence vaticane n°2]. En complément voir, Epicure, lettre à Ménécée, 125.

        3 - “Un homme libre ne pense à aucune chose moins qu’à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort mais de la vie” Spinoza, Ethique, IV, LXVII.

        4 - “Les sots souhaitent vivre, car ils ne craignent que la mort, au lieu de craindre la vieillesse” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, III, IV, 79 (DK B-CCV; EP p551). Rongé par la vieillesse, Démocrite aurait volontairement mis fin à ces jours (DK A-I. Lucrèce, Chant III, 1039-1041).

        5 - “Les hommes, dans leurs prières, demandent aux dieux la santé ; ils ignorent qu'ils ont en eux-mêmes la possibilité de se la procurer” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, III, XVIII, 30 (DK B-CCXXXIV; EP p556). On retrouve la même pensée dans la sentence vaticane n°65 d’Epicure.

        6 - “La médecine est soeur de la philosophie” Démocrite d’après pseudo-Hippocrate, lettre n°23 (DK C-VI; EP p586). # Le philosophe-médecin. Pour Démocrite et Epicure, la médecine est soeur de la philosophie car la médecine guérit le corps, et la philosophie soigne l’âme (DK B-XXXI. Us 221. Sentence vaticane n°54).

        7 - “Il y a nécessairement en Dieu (c’est-à-dire la nature infinie), une idée qui exprime l'essence de tel ou tel corps humain sous le caractère de l'éternité” Spinoza, Ethique, V, XXII.

        8 - “Certains mondes sont non seulement si semblables entre eux, mais encore si parfaitement et absolument pareils en tous points, qu'aucune différence ne les distingue” Démocrite d’après Cicéron, Premiers académiques, II, XVII, 55 (DK A-LXXXI; EP p442).

        9 - “Je vois d'innombrables Démocrites” Démocrite d’après pseudo-Hippocrate, lettre n°10. # “[Démocrite] estimait que la vision fait obstacle à la pénétration de l’esprit, alors que d’autres souvent ne voient même pas ce qui est sous leurs pas, lui voyageait de par tout l’infini, sans se heurter à aucune limite” (DK A-XXII; EP p412). Pour Démocrite, les sens produisent une connaissance bâtarde, alors que la “vision intellectuelle” est légitime et permet de percevoir la totalité de l’univers au-delà de ce que nous apprennent nos sens (DK B-XI; EP p500).

        10 - “Tournons nos regards vers l'immensité du temps écoulé, songeons à la variété infinie des mouvements de la matière: nous concevons aisément que nos éléments de formation actuelle se sont trouvés plus d'une fois déjà rangés dans le même ordre, mais notre mémoire est incapable de ressaisir ces existences détruites, car dans l'intervalle la vie a été interrompue” Lucrèce, Chant III, 974-977, 854-860 (et 847-849). # Le physicien Alexander Vilenkin parvient à la même conclusion en raisonnant avec le principe d’incertitude (Many Worlds in One).

 

L'Indépendance Radicale de l'Homme Libéré

 

        1 - “Il serait possible de décrire toute chose scientifiquement, mais cela n’aurait aucun sens. Ce serait une description sans signification, comme si l’on décrivait une symphonie de Beethoven comme une variation d’ondes de pression” Einstein d’après Max Born, Physics im Wandel Meiner Zeit (NQ p247). Tout en affirmant sa conviction de l’existence d’un déterminisme physique absolu, Einstein dénonçait le réductionnisme grossier et inhumain des scientistes (“Science and Religion” IO p41. lettre à Hedwig Born, 31 août 1919; EA 8-254. lettre à Solovine envoyée vers janvier-février 1951)

        2 - “Fuis toute culture, bienheureux, à voiles déployées” Epicure d’après Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres, X.

        3 - “L’étude de la nature ne forme ni des vantards, ni des fabricants de formules, ni des individus exhibant la culture convoitée par le plus grand nombre, mais des hommes fiers et indépendants, qui font grand cas de leurs biens propres, et non de ce qui résulte des circonstances.” Epicure, Sentence vaticane n°45.

        4 - “Usant du franc-parler de celui qui étudie la nature, je préférerais dire tel un oracle, ce qui est utile à tous les hommes, quand bien même personne ne me comprendrait, plutôt que d’approuver les opinions courantes, pour récolter les louanges qui tombent du plus grand nombre.” Epicure, Sentence vaticane n°29. Voir aussi (Us 219).          5 - “Jamais je n’ai voulu plaire à la foule, car ce qu’il lui plaît je l’ignore, et ce que je sais est loin de sa compréhension” Epicure d’après Sénèque, lettre à Lucilius n°29 (Us 187).

        6 - “Tout ceci n’est pas pour la foule, mais pour toi, car nous sommes l’un à l’autre un assez vaste théâtre” Epicure d’après Sénèque, lettre à Lucilius n°7 (Us 208).

        7 - “Ne dépendre que de soi-même est, à notre avis, un grand bien” Epicure, lettre à Ménécée, 130.

        8 - “Quand on se suffit à soi-même, on arrive à posséder ce bien inestimable qu'est la liberté” Epicure, Sentence vaticane n°77.

        9 - “C'est la personne humaine, libre, créatrice et sensible qui façonne le beau et exalte le sublime, alors que les masses restent entraînées dans une ronde infernale d'imbécillités et d'abrutissements” Einstein, Comment je vois le monde, 1931 (CVM p8-10 ou IO p9/10).           10 - “Ceux qui se déchaînent contre les idéaux de Raison et de liberté individuelle et qui, avec la force brutale, veulent réduire les hommes en esclaves imbéciles de l’état, nous estiment équitablement leurs adversaires irréconciliables” Einstein, Idéaux juifs, 1934 (CVM p100 ou IO p185). # “Garde à l’esprit que ceux qui sont plus fins et plus nobles sont toujours seuls, et nécessairement ; par là, ils peuvent jouir de la pureté que leur confère leur propre atmosphère” Albert Einstein (lettre à un musicien, 5 avril 1933; HS p115)

        11 - “Beaucoup de réflexions et non beaucoup de connaissances, voilà à quoi il faut tendre” Démocrite, Maxime n°30 (DK B-LXV; EP p520). Voir aussi (DK B-LIII; EP p518. DK B-CLXXXIII; EP p546).

        12 - “Si quelqu'un demande « pour quel but doit-on aider un autre, se rendre la vie plus facile entre nous, faire de la belle musique ensemble, avoir des pensées inspirées ? » on devrait lui répondre « si tu ne sens pas les raisons, personne ne peut te les expliquer ». Sans ces sentiments primaires nous ne sommes rien et aurions mieux fait de ne pas exister du tout” Einstein, lettre à Hedwig Born, 31 août 1919 (EA 8-254; NQ p256).

        13 - “L’imagination est plus importante que le savoir” Interview réalisée par George Sylvester Viereck, What Life Means to Einstein, The Saturday Evening Post, 26 Octobre 1929 (NQ p9). Einstein l’aurait redit ailleurs (NQ p19) et ajoute qu’il “croit aux intuitions et aux inspirations” (NQ p267). En complément, voir son texte “science and civilisation” (LY). Le terme “imagination” renvoie ici à la pensée intime construite, contre le “savoir” des autorités académiques, et n’a rien à voir avec la thèse spiritualiste de la supériorité de l’instinct mystique sur la connaissance rationnelle.

 

L'Amour de la Sagesse

 

        1 - “C'est dans les dangers qu'il faut observer l'homme, c'est dans l'adversité qu'il se révèle, alors seulement la vérité jaillit de son cœur” Lucrèce, Chant III, 55-58.

        2 - “Il est beau, de penser droit quand on est dans le malheur” Démocrite, Maxime n°8 [= Jean Stobée, Florilège, IV, XLIV, 68] (DK B-XLII; EP p517). En complément, voir (DK B-CCXCI; EP p568) et (Us 475).

        3 - “Dans la recherche commune des arguments, celui qui est vaincu a gagné davantage, à proportion de ce qu’il vient d’apprendre” Epicure, Sentence vaticane n°74. En complément, voir la sentence n°27 et Us 219.

        4 - “La recherche de la vérité est plus importante que sa possession” Einstein reprend une citation de Gotthold Lessing, à la fin du texte the fundaments of theoretical physics, 24 mai 1940 (IO p335) et en mars 1955 (EA 1-205; NQ p244). Il disait aussi que “la lutte pour la vérité doit précéder tous les autres efforts” (EA 34-725; NQ p280). En complément, voir le début de sa “réponse aux scientifiques soviétiques” (LY).

        5 - “Le commencement du salut, c’est la reconnaissance de sa faute” Démocrite, Maxime n°9 (DK B-XLIII; EP p517) et Epicure d’après Sénèque, lettre à Lucilius n°28 (Us 522). C’est loin d’être la seule pensée que l’on retrouve presque à l’identique chez Démocrite et Epicure.

        6 - “Ce qui est bienheureux et incorruptible n’a pas soi-même de troubles ni n’en cause aux autres, de sorte qu’il n’est sujet ni aux colères ni aux faveurs ; en effet ces choses-là ne se rencontrent que dans ce qui est faible” Epicure, maxime capitale n°I [= sentence vaticane n°1] qui s’adresse autant au sage qu’aux dieux. En complément voir (maxime capitale n°XVI. sentence vaticane n°79).

        7 - “Quand les sots se moquent du sage, celui-ci n’y prête aucune attention” Démocrite, Maxime n°14 [= Jean Stobée, Florilège, III, XXXVIII, 46] (DK B-XLVIII; EP p518).

        8 - “C'est magnanimité que supporter avec calme le manque de tact” Démocrite, Maxime n°12 [=Jean Stobée, Florilège, IV, XLIV, 69] (DK B-XLVI; EP p518).

        9 - “Celui qui se contente de se prouver à soi-même non par mépris des autres mais pour l’aise et le contentement qu’il en a en sa conscience montre que la Raison vit en lui, et il s’accoutume alors à prendre plaisir de lui-même” Démocrite d’après Plutarque, Oeuvres morales, sur les moyens de connaître les progrès que l'on fait dans la vertu, 10, 81 A (DK B-CXLVI; EP p535). En complément, voir (DK B-CLXXXI; EP p546).

        10 - “La pitié est, de soi, mauvaise et inutile dans une âme qui vit selon la Raison” Spinoza, Ethique, IV, L. L’attitude de Spinoza dans les jours ayant précédés sa mort sont rapportés par Jean Colérus dans “la vie de B. de Spinoza”.#La règle d’or. Spinoza précise toutefois que “si un homme n'est jamais conduit, ni par la Raison, ni par la pitié, à venir en aide à son prochain, il mérite assurément le nom d'inhumain”. “[La philosophie apprend] à venir en aide à son prochain, non par une vaine pitié de femme, par partialité ou par superstition, mais par l'ordre seul de la Raison (Ethique, II, XLIX, Scholie), car “celui qui vit selon la Raison, désire pour autrui ce qu'il désire pour lui-même (Ethique, IV, LI, autre démonstration). Cette loi morale, connue sous le nom de règle d’or, était déjà exprimée par Confucius (Entretiens).

        11 - “Partageons les sentiments de nos amis, non en nous lamentant, mais en prenant soin d’eux” Epicure, Sentence vaticane n°66. Le rejet de toute lamentation est également affirmé dans la maxime capitale XL.

 

Fondements de notre Morale Matérialiste

 

        1 - “l’homme libre et juste est celui qui connaît la vraie raison des lois” Spinoza, Traité Théologico-Politique, chapitre IV.

        2 - “le comportement moral de l’homme se fonde efficacement sur la sympathie et les engagements sociaux, et il n’implique nullement une base religieuse” Einstein, religion et science, The New York Times Magazine, 9 novembre 1930 (CVM p18 ou IO p39). En complément, voir aussi, the religious spirit of science (CJM p19 ou IO p40), y a-t-il une conception juive du monde ? (CVM p101 ou IO p186), et (EA 48-380; HS p66).

        3 - “ceux qui ont les moyens de prendre sur eux et de venir en aide à ceux qui n’ont rien” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, IV, I, 46 (DK B-CCLV; EP p560). # Démocrite disait également que “la misère générale est plus difficile à supporter que la misère individuelle, car l’espoir d’entraide disparaît” (DK B-CCLXXXVII; EP p568).

        4 - “Qui pouvons nous lui comparer en ce qui concerne non seulement l'ampleur du talent, mais aussi pour la grandeur d’âme ?” Cicéron, Premiers académiques, II, XXIII, 73 (DK B-CLXV; EP p542). # “Le nom du philosophe Démocrite a été inscrit sur les monuments de l’histoire grecque comme celui d’un personnage qu’on doit vénérer plus que d’autres, et doté d’un prestige fort ancien” Aulu-Gelle (DK A-XXIII; EP p413).

        5 - “L'homme qui fait le mal doit d'abord sentir la honte dans ses propres yeux” Démocrite, Maxime n°50 (DK B-LXXXIV; EP p522).

        6 - “Même lorsque tu es seul, ne dis rien ni ne fais rien de blâmable. Apprends à te respecter beaucoup plus devant ta propre conscience que devant les autres” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, III, XXXI, 7 (DK B-CCXLIV; EP p 558). # Selon les épicuriens “le sage qui possède le plus grand bien du genre humain est également sage même s’il n’y a aucun témoin” (Us 533).

        7 - “Ne t’autorise pas du fait que personne ne connaîtra ta conduite à plus mal agir que si ton action était connue de tous. C’est devant soi-même que l’on doit manifester le plus de respect, et il faut instituer ce principe dans ton cœur: n’y laisse rien pénétrer de malhonnête” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, IV, V, 46 (DK B-CCLXIV; EP p562). § Khan C. Democritus and the Origins of Moral Psychology. The American Journal of Philology. 1985;106(1):1-31. # Sources pythagoriciennes de la pensée démocritéenne. Je remarque que cette morale du respect de soi apparaît dans les paroles d’or de Pythagore n°11-12: “Ne pratique de chose honteuse jamais ni avec un autre, ni en particulier; mais plus que tout respecte-toi toi-même”. D’après Diogène Laerce, Démocrite admirait Pythagore et il lui avait consacré un de ses livres de morale, intitulé: “Pythagore, ou de l’état de la sagesse”.

        8 - “L'homme généreux n’est pas celui qui cherche un retour, mais celui qui fait du bien son choix” Démocrite, Maxime n°62 (DK B-XCVI; EP p524). # Morale de l’intention. Démocrite insiste sur l’importance de l’intention dans l’acte morale (DK B-LXVIII; EP p520. DK B-LXXXIX; EP p523. DK B-CCXXI; EP p553) et en humaniste, il veut donc convaincre du bien et pas simplement l’imposer par autorité: “Meilleur guide en matière de vertu apparaît celui qui use de l’encouragement et de la persuasion verbale plutôt que de la contrainte de la loi, car celui que la seule convention détourne de l’injustice selon toute probabilité agit mal en cachette alors que celui que la persuasion convint ne commet selon toute probabilité rien de répréhensible ni en cachette ni ouvertement.” (DK B-CLXXXI; EP p546). En complément, voir aussi (DK B-XLI; EP p517 et DK B-CCXXXIX; EP p557).
        9 - “Les grandes joies proviennent du spectacle des actions honnêtes” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, III, III, 46 (DK B-CXCIV; EP p549).

        10 - “La béatitude n'est pas la récompense de la vertu, c'est la vertu elle-même” Spinoza, Ethique, V, XLII. # L’amour du bien. Spinoza explique que “la béatitude consiste dans l’amour de Dieu”, et nous renvoie à la proposition XXXVI, qui identifie l’amour de Dieu à la gloire, elle-même identifiée à la satisfaction ou amour de soi. Spinoza parle du “désir de faire le bien” (Ethique, IV, XXXVII, scholie), ou encore de “faire le bien par amour du bien, et non par crainte du mal (crainte d’une sanction)” (TTP, chap IV). Alors, “l’esprit-saint n’est autre chose que cette paix parfaite qui naît dans l’âme à la suite des bonnes œuvres” (TTP, chap XV) .

        11 - “Il est non seulement plus beau de faire du bien que d’en recevoir, mais aussi plus agréable ; rien, en effet, n’est aussi fécond en joies que la bienfaisance” Epicure d’après Plutarque, Philosophandum esse cum principiis, 3, 778c (Us 544).

        12 - “Le sage est plus enclin à donner qu'à recevoir, si grand est le trésor qu'il a trouvé dans sa suffisance à soi” Epicure, Sentence vaticane n°44. #Le plaisir et la vertu. Depuis les écrits de Kant, on simplifie souvent en expliquant que les stoïciens défendent le plaisir de la vertu, alors qu’Epicure défendrait la vertu seulement parce qu’elle sert à obtenir le plaisir. En fait, cette opposition est simpliste et surtout elle repose sur un argument malhonnête des adversaires de l’épicurisme. En vérité, Epicure considérait qu’il existe un pur plaisir de la vertu, comme l’illustre ces deux citation. Sénèque le reconnaissait: “Epicure aussi est d’avis qu’avec la vertu l’homme est heureux” (lettre à Lucilius n°85), même s’il prétend que c’est contradictoire avec la doctrine hédoniste. Cicéron reconnaît que la majorité de ses contemporains sont séduits par l’épicurisme car ils considèrent “qu’Epicure enseigne qu’une action juste et honnête est à elle seule productrice de joie” (Des Fins, I, VII, 25), et effectivement, l’épicurien Torquatus “applaudit” la doctrine du plaisir de la vertu des stoïciens (Des Fins, I, XIX, 61). A propos des épicuriens, Cicéron admet que “le mot vertu est sur leurs lèvres tout le temps, et ils déclarent que le plaisir est seulement l'objet du désir au début, et ensuite l'habitude produit une sorte de seconde nature, qui fournit une motivation pour de nombreuses actions ne visant pas du tout le plaisir” (Des Fins, V, XXV; Us 398).

 

La Philosophie de la Nature

 

        1 - “Je ne sais pas au nom de quoi la matière serait indigne de la nature divine” Spinoza, Ethique, I, XV, scholie.

Note: A propos de la beauté de la nature révélée par la science selon Einstein, voir (HS p67. EPH p349/393).


Le Plaisir Rationnel

 

        1 - “la joie authentique est le but de l’âme: c’est la joie que procure les belles choses” Leucippe d’après Clément d’Alexandrie, Stromates, II, 129 (DK A-XXXVII; EP p399). § Contre-histoire de la philosophie. Michel Onfray.

        2 - “Tout désir qui naît de la Raison ne peut être sujet à l'excès” Spinoza, Ethique, IV, LXI.

        3 - “Il n’est point contraire à la Raison de se glorifier d'une chose, mais ce sentiment peut provenir de la Raison elle-même” Spinoza, Ethique, IV, LVIII.

        4 - “Seule assurément une farouche et triste superstition interdit de prendre des plaisirs” Spinoza, Ethique, IV, XLV, corollaire II, scholie.

        5 - “Il faut rechercher non pas tout plaisir, mais celui qui vise le beau” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, III, V, 22 (DK B-CCVII; EP p551).

        6 - “Il est de la nature de la Raison de percevoir les choses sous le caractère de l'éternité” Spinoza, Ethique, II, XLIV, corollaire II.

Note: Le tombeau des épicuriens: Héliodore, Ethiopiques, I, 16. Démocrite et les poètes (DK B-XVIa à XXI; EP p509-510).

 

L'Amitié entre les Sages

 

        1 - “L’accord des pensées engendre l’amitié” Démocrite d’après Jean Stobée, Choix de textes, II, XXXIII, 9 (DK B-CLXXXVI; EP p547).
        2 - Numénius d’Apamée, fragment n°24. Voir également (Us 94).

Note: Epicure et ses allusions à Apollon (Us143. Us148). Plutarque mentionne des rugissements d'ecstase, des cris de grâce, des salves d'applaudissements tumultueux, des démonstrations révérencieuses, et tout l'appareil de l'adoration chez les épicuriens.

 

Le Royaume de la Raison

 

        1 - “prend la mesure de la vie” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, III, I, 210 (DK B-CXCI; EP p548).

        2 - “l’amour vertueux, ce désir correct pour les belles choses” Démocrite, Maxime n°38 [= Jean Stobée, Florilège, III, V, 23] (DK B-LXXIII; EP p521).

        3 - “la Terre s’ouvre toute entière à l’âme de valeur, car la patrie du sage, c'est l'univers” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, III, XL, 7 (DK B-CCXLVII; EP p559). # Démocrite: “Je suis assurément de tous mes concitoyens celui qui a le plus voyagé de tous, de par toute la Terre pour m’instruire, j’ai vu quantité de cieux et de contrées, j’ai écouté quantité d’hommes instruits, et nul ne m’a surpassé dans l’art de composer des écrits accompagnés de démonstrations pas même les géomètres égyptiens.” (DK B-CCXCIX; EP p570) “Pour tous les hommes, le bien et la vérité sont les mêmes, seul le plaisant varie entre les individus” (DK B-LXIX; EP p521), idée qu’Epicure reprend dans sa maxime capitale n°XXXVI.

 

Une Divinité Indépendante à l'Intérieur du Cosmos

 

        1 - “Il n'y a aucune nécessité de vivre sous l'empire de la nécessité” Epicure, Sentence vaticane n°9.

        2 - “J'ai prévenu tes coups, ô destin, et barré toutes les voies par lesquelles tu pouvais m'atteindre, proclamait fièrement Epicure, nous ne nous laisserons vaincre ni par toi, ni par aucune circonstance fâcheuse” Epicure, Sentence vaticane n°47.
        3 - “Le sage se moque du destin, dont certains font le maître absolu de toute chose. Médite donc tous ces enseignements et tu vivras tel un dieu parmi les hommes” Epicure, lettre à Ménécée, 135. Sur le thème du sage “égal des dieux”, voir aussi (Diogène d’Oenoanda, fragment n°125. Us 386, 387 et 602). § Comment peut-on être Dieu ? La secte d’Epicure. Renée Koch.

        4 - “le courage qui minimise les coups du sort” Démocrite d’après Jean Stobée, Florilège, III, VII, 21 (DK B-CCXIII; EP p552).             5 - “l’effort grâce auquel l’étude conquiert les belles choses” Démocrite d’après Jean Stobée, Choix de textes, II, XXXI, 66. (DK B-CLXXXII; EP p546). Voir aussi (DK B-CVIII; EP p526. DK B-CCXLIII; EP p558).

        6 - “le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire” Citation attribuée à Albert Einstein. Référence exacte inconnue sous cette forme. On trouve toutefois une phrase presque identique dans son hommage à Pablo Casals, le 30 mars 1953 (EA 34-347; NQ p75).
        7 - “le destin de l'humanité sera celui qu'elle aura mérité” Einstein, à la fin des textes: “la conférence du désarmement de 1932” et “la question du désarmement” (CVM p64/70 ou IO p100/103).

 

La Totale Intelligibilité du Réel

 

        1- “Le problème de la gravitation m’a converti à un rationalisme qui conduit à rechercher la seule source crédible de vérité dans la simplicité mathématique Einstein, lettre à Cornelius Lanczos, 24 janvier 1938 (EA 15-267; HS p67 ou ER p40 ou EPH p349).

        2 - “Notre expérience jusqu’à ce jour, justifie en nous le sentiment que la nature est la réalisation de la plus grande simplicité concevable mathématiquement. [...] En un certain sens, donc, je crois vrai que la pensée pure peut atteindre la réalité, comme les anciens l’avaient rêvé” Einstein, sur la méthode en physique théorique, the Herbert Spencer lecture, 10 juin 1933 (CVM p133/134 ou IO p274).

        3 - “Le but ultime du physicien est de découvrir les lois élémentaires et universelles de la nature à partir desquelles le cosmos peut être construit par pure déduction” Einstein, Principes de la recherche, discours prononcé en 1918 pour le soixantième anniversaire de Max Plank (CVM p123/124 ou IO p226).

        4 - “Une théorie vraiment rationnelle devrait permettre de déduire les particules élémentaires (électrons etc...) et non pas être obligée de les poser a priori. Les constantes (physiques) ne peuvent être que d’un genre rationnel comme par exemple pi ou e” Einstein, lettre à Michele Besso, 10 septembre 1952, et lettre à Ilse Rosenthal-Schneider, 11 mai 1945 (EA 7-411 et EA 20-274; EPH p482/483). Les mêmes idées sont exprimées dans ses notes autobiographiques (AN p59/77).

        5 - Pour Démocrite, toutes les choses sensibles sont réductibles aux propriétés géométriques des atomes. Pour Einstein, voir le texte: Physics and Reality, Stratification of the Scientific System (IO p293 ou Conceptions Scientifiques p26).

        6 -§ Le rêve d’une théorie ultime. Steven Weinberg. § L’univers élégant. Brian Greene. En complément, voir les films “Le rêve d’Einstein” avec Brian Greene.

        7 -§ A brief history of time. Stephen Hawking. (p175).

        8 - “l’ordre de la nature correspond au monde de la pensée” Einstein, religion et science, The New York Times Magazine, 9 novembre 1930 (CVM p17 ou IO p39).

        9 - “Quiconque a fait l'expérience de la réussite des avancées réalisées dans l'unification rationnelle de la structure du monde est mû par une profonde révérence pour la rationalité qui se manifeste dans l'existence” Einstein, Science and Religion, 1941 (IO p49).

       

Conceptions Scientifiques

 

        1 - # La cause incausée: le concept de cause première est développée par Platon dans le Livre X des Lois pour combattre l’athéisme. Aristote reprend cette idée, en définissant le Dieu suprême comme “quelque chose qui meut sans être mû” (la Métaphysique, Lambda (XII), VII), et que la plupart des commentateurs ont qualifié de “cause incausée”.

        2 - §Linde A. Eternally existing self-reproducing chaotic inflationary universe. Physics Letters B. 1986 August;175(4):395-400.

        3 - §Aguirre et al. Steady-State Eternal Inflation. Physical Review. 2002; D 65 083507 (arXiv:astro-ph/0111191).

        4 - § Vilenkin A. Creation of universes from nothing. Physics Letters B. 1982 November;117(1-2):25-28.

        5 - § Many Worlds in One. Alexander Vilenkin.§ La magie du cosmos. Brian Greene. §Le paysage cosmique. Leonard Susskind. §Quelques éléments de physique et de philosophie des multivers. Aurélien Barrau. §Guth A. Eternal inflation and its implications. J.Phys. 2007;A40:6811-6826 (arXiv:hep-th/0702178v1)

        6 - § Tegmark M. The Mathematical Universe. Foundations of Physics. 2008;38:101-150. (arXiv:0704.0646v2).

        7 - “Les atomes sont comme des nombres”. Aristote parlant des idées de Démocrite, Traité du ciel, III, IV, 303 (Leucippe DK A-XV; EP p391). En complément, voir aussi (Leucippe DK A-VI à XV; EP p385-391) et (Démocrite DK A-LIX; EP p432. DK A-XLIX; EP p428). Voir les liens entre le matérialisme abdéritain et l’école pythagoricienne.      

        8 - §Zeilinger A. A Foundational Principle for Quantum Mechanics. Foundations of Physics. 1999;29(4):631-643.

        9 - § Si Einstein m’était conté. Thibault Damour (p185).

        10 - Einstein. Ether and the Theory of Relativity. 1920. (CPAE vol7 doc38).

        11 - § Qu’est ce que l’espace ? Qu’est ce que le temps ? Carlo Rovelli.

        12 - “atomette temporelle” Démocrite d’après Aristote, Du sens et des sensibles, II, 440a 16-23 et Traité du ciel, III, VIII (DK B-CLVa; EP p538). Voir également, Lucrèce, Chant IV, 794-796.

        13 - Anaximandre (DK A-X, XI et XXX; EP p36/37/46). Lucrèce, Chant IV, 820-840 et Chant V, 835-875.

        14 - § Le gène égoïste. Richard Dawkins.

        15 - § L’homme neuronal. J.-P. Changeux.

        16 - § Biologie de la conscience. Gerald Edelman.

        17 - § Haxby JV et al., Distributed and overlapping representations of faces and objects in ventral temporal cortex. Science. 2001 Sep 28;293(5539):2425-30. § Mitchell et al., Predicting human brain activity associated with the meanings of nouns. Science. 2008 May 30;320(5880):1191-5. § Kay et al., Identifying natural images from human brain activity. Nature. 2008 Mar 20;452(7185):352-5.

        18 - § L’erreur de Descartes: la raison des émotions. Antonio Damasio.

        19 - § Klein et al. Is there something special about the self? A neuropsychological case study. Journal of Research in Personality. 2002; 36:490–506. § Craik et al. In search of the self: A positron emission tomography study. Psychological Science. 1999 January;10(1):26-34.

        20 - § Le sentiment même de soi. Antonio Damasio, distingue le proto-soi (animal), le soi-central (le sentiment de soi), et le soi autobiographique.

        21 - § Allen et al., Dissociative detachment and memory impairment: reversible amnesia or encoding failure? Compr Psychiatry. 1999 Mar-Apr;40(2):160-71. § Kihlstrom JF. The cognitive unconscious. Science. 1987 Sep 18;237(4821):1445-52.

        22 - § Gleaves et al. An examination of the diagnostic validity of dissociative identity disorder. Clin Psychol Rev. 2001 Jun;21(4):577-608.

 

Le Déterminisme et la Liberté


        1 - § Wong et al.
Phenotypic differences in genetically identical organisms: the epigenetic perspective. Hum Mol Genet. 2005 Apr 15;14 Spec No 1:R11-8. § Srihari et al. Discriminability of fingerprints of twins. Journal of Forensic Identification. 2008;58(1):109-127. § Muotri et al. Somatic mosaicism in neuronal precursor cells mediated by L1 retrotransposition. Nature. 2005 Jun 16;435(7044):903-10.

        2 - Le fonctionnement de l’âme et de la liberté envisagé ici présente une similitude avec la manière dont Spinoza la décrivait. Chez nous, le Désir n’est pas une passion passagère mais un effort permanent et constitutif de l’esprit conscient (Ethique, III, VII et VIII. Ethique, III, définition des affects I). Spinoza pense également à un mécanisme de la liberté comparable aux idées que j’ai exposées, lorsqu’il explique que l’âme “agit” lorsqu’elle a des “idées adéquates”, c’est-à-dire des idées qui expriment “l'essence de cette âme” (Ethique, III, I et III).

        3 - A propos des particularités individuelles de l’âme matérielle, voir Lucrèce (Chant III, 307-322).

        4 - “un sens et une harmonie distincte” Lucrèce, Chant I, 823-829.

        5 - “l’essence intime des choses” Spinoza, Traité de la réforme de l’entendement, XIV, 101.

        6 - “estimer les choses suivant leur qualité, non suivant l’agent qui les produit” Spinoza, lettre n°21, à Blyenbergh.

        7 -# Le clinamen: Pour expliquer l'inhomogénéité de l’univers, Epicure avait supposé l’existence d’une cause de mouvement interne à l’atome qui le faisait parfois légèrement dévier de sa trajectoire, en des temps et en des lieux indéterminés. Cette incertitude n’est pas une violation des lois de la nature, mais seulement l’existence au sein de la matière “d’une autre cause de mouvement que les chocs et la pesanteur qui produit une légère déviation des atomes, dans des lieux et des temps indéterminés (Lucrèce, Chant II, 284-293). Epicure qualifie le hasard de “cause” physique, au même titre que la pesanteur (Us 380). En complément, voir (Démocrite DK A-LXIX; EP p437. Us 281. Us 378-379) et Diogène d’Oenoanda qui parle d’un “mouvement libre dans les atomes” (fragment n°54; Démocrite DK A-L; EP p429).

 

Les liens entre Démocrite, Epicure, Spinoza et Einstein


        1
- Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres, Epicure.

        2 - Plutarque, Contre l’épicurien Colotès, VI (Démocrite DK A-LIII; EP p430; Us 234).

        3 - DK A-VIII; EP p406. Plutarque, Contre l’épicurien Colotès, VI. DK B-LXIX; EP p521

        4 - § Epicurus and Democritean Ethics: An Archaeology of Ataraxia. James Warren. On remarque en effet que l’ataraxie épicurienne ressemble bien plus à l’euthymie de Démocrite qu’au plaisir cyrénaïque.

        5 - Vie et mœurs d’Epicure, Livre V. Pierre Gassendi.

        6 - Philodème de Gadara, De la musique, IV, 31 (Démocrite DK B-CXLIV; EP p534).

        7 - Philodème de Gadara, Sur le franc-parler, fragment n°20 (Us 16).

        8 - Diogène d’Oenoanda, fragment n°7.

        9 - Fin de la dernière lettre de Spinoza à Hugo Boxel.

        10 - § Les lumières radicales: la philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité. Jonathan Israel (p33, p295, p515, p601, p637, p660, p743).

        11 - § Spinoza, Epicure, Gassendi. Colloque Paris-Sorbonne, 17 mars 1993. Archives de Philosophie, Paris, 57-3, juillet-septembre 1994.

        12 - Spinoza, Traité Théologico-Politique, Chapitre VI et Traité de la réforme de l'entendement, II, 12: “tout ce qui arrive, arrive selon l'ordre éternel et les lois fixes de la nature”. Lucrèce, Chant I, 150 et Chant IV, 592-595.

        13 - Lucrèce. Spinoza, Ethique, I, appendice. Pour les stoïciens, voir les entretiens d’Épictète (VI, sur la providence), ainsi que Sénèque (lettre à Lucilius n°65).

        14- Le plaisir est le commencement et la fin de la vie bienheureuse” Epicure (lettre à Ménécée, 128).

        15- Voir les passages de l’Ethique où Spinoza insiste sur l’importance “choses singulières”, et où l’identification à Dieu se produit “non pas en tant qu’infini (non pas avec le Dieu-nature qui est la totalité), mais en tant que sa nature (de Dieu) peut s'exprimer par l'essence de l'âme humaine” (Ethique, V, XXXVI). Dieu n’est pas le destin, ni une force externe qui dirige les êtres comme des marionnettes (vision théologico-fataliste), mais les êtres eux-mêmes sont divins (vision humaniste):“la puissance par laquelle existent et agissent les êtres de la nature est la puissance même de Dieu” (Traité Politique, chapitre II, 3).
        16 - Epicure, Sentence vaticane n°55. Spinoza, Ethique, V, VI.

        17 - Spinoza, Traité Théologico-Politique, préface et chapitre XVIII. Epicure (Us 560). Lucrèce, Chant II, 37-40 et Chant V, 1116-1240. Diogène d’Oenoanda, fragment n°54.

        18 - “Le but de l’état, c’est la liberté” Spinoza (Traité Théologico-Politique, chapitre XX). Sénèque, lettre à Lucilius, n°88.

        19 - Epicure, Maximes Capitales de XXXI à XXXIX. Spinoza, Ethique, IV, XXXVII et Traité Théologico-Politique, chapitre XVI.

        20 - Préface à la traduction allemande de Hermann Diels, volume II.

        21 - Einstein, lettres à Maurice Solovine du 9 avril et du 26 août 1947 (EA 21-250 et 21-202).

        22 - Einstein, lettre datée du 3 décembre 1950 (EA 61-821; HS p27)

        23 - Einstein, lettre à Max et Hedi Born, 12 avril 1949 (EA 8-223).

        24 - voir plus haut dans les notes de la partie sur l’idéalisme héroïque.

        25 - § Albert Einstein, créateur et rebelle. Banesh Hoffmann et Helen Dukas. Epicure note (68-74).

        26 - § Kouznetsov B. Einstein and Epicurus. Diogenes. 1973;21(44):44-69. Voir aussi (EA 45-751 et EA 60-684; NQ p60).

        27 - “Etudie attentivement, très attentivement la nature, et tu comprendras tout beaucoup mieux” Einstein à Margot Einstein, d’après Hanna Loewy, Television Einstein Biography, Richard Kroehling, 1991 (NQ p61).

        28 - “Je me sens tellement moi-même une partie de tout ce qui vit, que je ne suis pas le moins du monde concerné par le début ou la fin de l’existence concrète d’une personne particulière dans ce flux éternel” Einstein d’après Max Born, Physics im Wandel Meiner Zeit, p240 (NQ p61).

        29 - “Voilà qu’il m’a précédé de peu, en quittant ce monde étrange. Cela ne signifie rien. Pour nous, physiciens dans l’âme, cette séparation entre passé, présent et avenir, ne garde que la valeur d’une illusion, si tenace soit-elle” Einstein, lettre à la famille Besso, 21 mars 1955 (EA 7-245; NQ p73)

        30 - parmi ses aphorismes moraux, il y en a un certain nombre qui sont réellement beaux” “digne d’admiration est la ferme croyance en la Causalité physique, une Causalité qui ne s’arrête pas devant la volonté de l’Homo sapiens. Autant que je sache, c’est seulement Spinoza qui a encore été si radical et si conséquent” Einstein, lettre à Maurice Solovine, 4 mars 1930 (EA 21-202). Einstein émet une critique contre Démocrite, mais on ne voit pas bien à quoi il se réfère dans les fragments.

        31 - Einstein, religion et science, The New York Times Magazine, 9 novembre 1930 (CVM p18 ou IO p39).    

        32 - Einstein, lettre à Max von Laue, 26 mai 1933 (EA 16-089; Einstein on Politics, D. Rowe and R. Shulmann, p278)

        33 - Einstein à la fille d’un voisin, à Caputh (HS p30). Comparez avec Démocrite (note 116).

        34 - L’évolution des idées en physique. Einstein et Infeld. (chapitre 1, l’arrière-plan philosophique).

        35 - Einstein, Autobiographical-Notes (Paul Arthur Schilpp, Albert Einstein Philosopher-Scientist)

        36 - § Paty M. Einstein et Spinoza. Association des amis de Spinoza, 19 mars 1983.

        37 - Einstein, lettre à sa cousine Elsa, 3 septembre 1915 (EA 73-50; Einstein's Third Paradise, Gerald Holton, p33).

        38 - Einstein, lettre à Willy Aron, 14 janvier 1943 (EA 33-296; ER p46). Voir aussi, la lettre à Murray W. Gross, 26 Avril 1947 (EA 33-321; ER p138/139): “Mes vues sont proches de Spinoza: admiration de la beauté et croyance en la simplicité logique”.

        39 - Formule latine de Spinoza (Ethique, V, XXXVI) qu’Einstein cite dès 1916 dans sa note sur Ernst Mach (CPAE vol6 doc29) et encore en 1948 (Religion and science: irreconciliable ?; IO p52).

        40 - Einstein, télégramme au rabbin Herbert Goldstein en 1929 (EA 33-272; ER p49 ou NQ p197). On retrouve l’expression “Dieu de Spinoza” dans ses lettres à Maurice Solovine et à Michel Besso.

        41 -"Je veux savoir comment Dieu a créé ce monde, je ne suis pas intéressé par tel ou tel phénomène, par le spectre de tel ou tel élément. Je veux connaître ses pensées. Tout le reste n’est que détails" Einstein d’après Esther Salaman, A Talk with Einstein, The Listener, vol 54, p370,1955 (ER p123 ou NQ p194)..

        42 - Spinoza, Ethique, IV, XXVIII, démonstration.

        43 - Einstein, lettre à Willy Aron, 17 octobre 1946 (EA 33-301; note 195). Einstein visita la maison de Spinoza à Rijnsburg, le 2 novembre 1920.

www.lorentz.leidenuniv.nl/history/Einsteins_poem/Spinoza.html

        44 - EA 31-18; ER p43.

        45 - EA 33-291; NQ p200.

        46 - Einstein d’après George Sylvester Viereck, Glimpses of the Great (ER p48, ou NQ p99). Pour l’opinion d’Einstein sur l’immatérialité de l’âme voir (HS p38-40).

        47 - Einstein, lettre à Dagobert Runes, 8 septembre 1932 (EA 33-286; ER p45).

        48 - Where is science going ? Max Planck. Epilogue, dialogue socratique entre Einstein et Murphy James (EPH p481).

        49 - Einstein, lettre à Eric Gutkind, 3 janvier 1954 (EA 59-897; note 195).

        50 - # Poésie et vocabulaire religieux: Comme Einstein et Spinoza, les atomistes antiques employaient le vocabulaire religieux dans un sens poétique. Démocrite (note 32-33 et d’après la lettre n°17 de pseudo-Hippocrate: “les animaux que tu vois ici ouverts, je les ouvre, non pas que je haïsse les oeuvres de la divinité, mais parce que je cherche la nature et le siège de la bille”). Epicure invitait à prononcer fréquemment le nom des dieux, tandis que Lucrèce commence son poème par un hymne à Vénus et explique que “si l'on veut appeler la mer Neptune, et les moissons Cérès, si l'on se plaît à employer abusivement le nom de Bacchus au lieu du terme propre qui désigne le vin, on est maître aussi de donner à la terre le titre de Mère des dieux, pourvu qu'en réalité on préserve son esprit de la souillure honteuse de la superstition” (Chant II, 651-660).

        51 - # Un bien immortel:Démocrite faisait résider le bonheur dans la connaissance des choses” (DK A-CLXIX; EP p488). Selon lui, “pour parvenir au bonheur il ne faut pas faire résider les plaisirs dans les choses mortelles” (DK B-CLXXXIX; EP p547). Epicure poursuit: “Je recommande l’étude constante de la nature, grâce à laquelle je jouis dans ma vie d’une sérénité parfaite” (lettre à Hérodote, 37. voir également la maxime vaticane n°27 et Us 219). Lucrèce développe: “l'homme est un malade qui ne sait pas la cause de son mal. S'il la pouvait trouver, il s'appliquerait avant tout, laissant là tout le reste, à étudier la nature ; car c'est d'éternité qu'il est question, non pas d'une seule heure ; il s'agit de connaître ce qui attend les mortels dans cette durée sans fin qui s'étend au delà de la mort” (Chant III, 1068). C'est à ce type de bien immortel auquel Spinoza fait référence au début du traité de la réforme de l’entendement ainsi qu’à la fin de l’Ethique et que l’on retrouve chez Einstein: “les équations sont plus importantes que la politique selon moi, car la politique c’est pour le présent alors que les équations est quelque chose pour l’éternité” (Carl Seelig, Helle Zeit-Dunkle Zeit, p71).

 

        Remerciements: Je tiens à remercier Arnaud Andriot pour les corrections de style et pour ces longues soirées passées à discuter de ces idées. Elles m’ont permis d’affiner et de corriger certaines de mes conceptions.

 

        Copyright: le présent ouvrage a fait l'objet d’un dépôt légal et est protégé contre la copie ou la fausse appropriation.

 

        Version: 0.43

 

        Pour écrire à l’auteur: www.willeime.com/contact.htm

 


 

Télécharger l’ouvrage complet: PDF, EPUB, MOBI

         ► Sommaire détaillé

Page principale