Démocrite, les védas et la philosophie indienne

 

 

Les atomes, l’infinité des mondes, l’athéisme, l’ataraxie (la tranquillité de l’âme), le microcosme ou encore la mutiplicité des existences sont autant de concepts développés par des philosophes indiens que l’on retrouve chez Démocrite. On crédite souvent Démocrite d’avoir introduit en Grêce la notion d’ataraxie (la tranquillité de l’âme) et également celle de microcosme (à moins que cela ne soit Pythagore).

 

 

 

L’infinité des mondes dans l’hindouisme

 

Dans l’hindouisme, la réalité suprême est Brahman, lui-même composé d’une infinité de Brahma (le créateur de notre monde), soutenu par Vishnou puis détruit par Shiva qui relance un nouveau cycle. Dans le « cinquième véda » (les puranas), Vyasa décrit d’autres mondes, différents du notre.

 

« La religion hindoue est la seule des grandes religions consacrée à l'idée que le cosmos lui-même subit un immense, en fait un nombre infini de morts et de renaissances. C’est la seule religion dans laquelle les échelles de temps correspondent, par accident, à celles de la cosmologie scientifique moderne. Ces cycles évoluent entre des durées ordinaires jour-nuit à un cycle de Brahma 8,64 milliards d'années. Plus que l'âge de la terre ou le soleil et près de la moitié du temps depuis le Big Bang. »
Carl Sagan

 

 

 

Les atomes de Kanada

 

Un siècle avant Démocrite, le philosophe indien Kanada propose une conception atomique de la matière. Il semble que l’atomisme Grec ne soit pas une copie mais qu’il ait été indépendamment développé en Grêce pour répondre aux paradoxes des éléates, et aux problèmes posés par la théorie de l’infinie divisibilité de la matière d’Anaxagore (voir Lucrèce, livre I). En fait, les atomes de Kanada présentent bien des différences avec ceux de Démocrite. Pour Kanada, les atomes sont manipulés par un Dieu transcendant, alors que pour Démocrite, ils sont l’être absolu (le vide étant le non-être) et donc existent par eux-mêmes. L’atomisme de Kanada n’est pas vraiment un matérialisme au sens occidental. D’autre part, il y a 9 sortes d’atomes chez Kanada alors que pour Démocrite, il y en a une infinité.

         Notons également que dans l’antiquité, l’idée d’atome n’était pas considérée comme tout à fait nouvelle, et qu’un phénicien appelé Mochos (dont on ne sait rien) était crédité d’avoir développé cette idée avant Démocrite (DK A-LV). L’originalité de Démocrite n’est pas vraiment les atomes, comme on le croit souvent, mais un rationalisme sans précédents.

 

 

L’athéisme hédoniste de Chârvâka

 

Un ou deux siècles avant Démocrite, Chârvâka propose une philosophie athée, matérialiste, hédoniste (école Lokayata). Dresser un parallèle entre Démocrite et cette école est tentant, d’autant que comme pour Démocrite, tous les livres de Chârvâka ont été brulés par les spiritualistes. Chârvâka semble différer sur un point majeur avec Démocrite : son empirisme qui nie le fait nier l’existence des autres mondes, car ils ne peuvent être perçus.

 

 

 

La multiplicité des existences de Kapila

 

On attribue ces propos à Kapila, le fondateur de la plus ancienne école philosophique indienne :«Mon apparition dans ce monde a pour but d’expliquer la philosophie de Sankhya, qui est hautement estimé par ceux qui souhaitent se libérer des chaines des désirs matériels inutiles. Ce chemin de l'auto-réalisation, qui est difficile à comprendre, a maintenant été perdus dans la course du temps. Comprenez que j'ai pris ce corps de Kapila pour présenter et expliquer cette philosophie à nouveau à la société humaine. " (Srimad Bhagavatam 3.24.36-37) « Quand on est complètement nettoyé des impuretés de la luxure et la cupidité produite à partir de la fausse identification du corps au " je ", et des possesions corporelles, comme« le mien », l'esprit devient purifié. Dans l'état pur, il transcende le stade du soi-disant bonheur et détresse matérielle ». (Srimad Bhagavatam 3.25.16)

 

Démocrite avait adopté une attitude contemplative qui peut être le résultat d’une influence directe ou indirecte de philosophes indiens : « [Démocrite] estimait que la vision fait obstacle à la pénétration de l’esprit, alors que d’autres souvent ne voient même pas ce qui est sous leurs pas, lui voyageait de par tout l’infini, sans se heurter à aucune limite » DK A-XXII « Démocrite écoutait la voix des oiseaux, et, maintes fois se levant la nuit seul il avait l’air de chanter doucement des chants, d’autres fois il racontait qu’il voyageait dans l’espace infini, où il y a d’innombrables Démocrite semblables à lui » (pseudo-hippocrate, lettre n°10)

 

Cette dernière idée est développée dans « 
l’Amour de la Raison Universelle ». Voyez l'extrait sur l'immortalité matérialiste.

 

   

Page principale