Le rationalisme intégral dans l’histoire de la philosophie

 

Triangle


Le rationalisme intégral est la conception philosophique qui affirme l'entière rationalité du réel, là où ne se produit jamais aucun miracle, aucune cause incausée, ni aucune autre violation de la causalité et où tout peut être compris par la raison humaine. Elle est une doctrine plus profonde que le rationalisme (simple) qui reconnaît seulement la raison humaine comme le moyen légitime de la connaissance, sans exclure qu'elle puisse être limitée.

Cette page vous propose un rapide classement des principaux philosophes/scientifiques selon leur proximité avec le rationalisme intégral. Parmi les principaux représentants de cette doctrine on trouve:

- Les Physiciens inspirés par Albert Einstein. Pour exprimer métaphoriquement son ambition de parvenir à la compréhension la plus profonde des lois de la nature, Albert Einstein avait affirmé qu'il voulait découvrir "les pensées de Dieu". Cette position épistémologique a eu une grand influence sur de nombreux physiciens théoriciens apès lui. Par exemple, Steven Hawking prolongeait l'esprit et les mots d'Einstein lorsqu'il écrivait : "Si nous trouvons la réponse (à la question de l'origine de l'univers), ce serait le triomphe ultime de la raison humaine - à ce moment, nous connaîtrons la pensée de Dieu, nous saurions l'esprit de Dieu" (Une brève histoire du temps).

- Les Matérialistes. Le matérialisme Grec trouve son origine au sein de la secte de Pythagore. Pythagore avait développé une conception mathématique de la matière. Parallèlement à cette vision ultra-rationnelle de la réalité physique, Pythagore croyait à plein d'idées complètement irrationelles (spiritualisme, mysticisme, numérologie et autres superstitions). Le pythagorycien Leuccipe, puis son élève Démocrite ont quant à eux entrepris une rationalisation d'absolument tous les élements du réel y compris l'esprit, ce qui a donné la première forme occidentale de rationalisme intégrale: le matérialisme.

- Les Panthéistes cosmiques C'est la conception naturaliste, rationaliste et athée du plus ancien philosophe Indien (Kapila), et des premiers philosophes des lumières (Spinoza, Toland, et dans une bien moindre mesure leur précuseur, Giordanno Bruno, toutefois chez lui, elle est encore entremêlée de diverses superstitions et de spiritualisme).

D'autres courants semblent présenter une potentielle compatibilité avec le rationalisme intégrale:
- Le confuscianisme
- L'objectivisme (Ayn Rand)
- Des individus isolés tel Leonard de Vinci


Enfin l'écrasante majorité des philosophes et courants de penseurs sont incompatibles. Voilà une liste ci-dessous avec une  justification rapide du motif de cette incomptabilité.

Antiquité: Bouddha (relativisme) Pythagore (superstition, dualisme), Xénophane (monothéisme), Parménide (spiritualisme), Héraclite (irrationalisme), Empédocle (dualisme), Anaxagore (vitalisme : le « nous »), Protagoras (relativisme), Gorgias (relativisme), Socrate (sceptique), Platon (bon dieu transcendant, dualisme âme/corps), Aristote (Dieu incausé, causes finales, dualisme), Pyrrhon (ultra-scepticisme), les stoïciens (providence, finalisme, vitalisme),  Cicéron (sceptique), Plutarque (platonisme),  Sextus Empiricus (sceptique), Plotin (néo-platonisme)
Moyen-âge: al-Razi (dualisme, dieu surnaturel), Avicenne (néo-platonisme), Averroès (dieu d’Aristote), Ansleme (théologie chrétienne), Thomas d’Aquin (bon Dieu transcendant, dualisme âme/corps)
Renaissance: de Cues (théisme), Mirandole (néo-platonicien),  Erasme (dualisme, monothéisme), Montaigne (scepticisme)
XVII-XVIIIe siècle: Bacon (déisme), Hobbes (dieu incausé, miracles), Descartes (Dieu inaccessible, Dieu aurait pu choisir que 1+1=3, dualisme âme/corps), Pascal (chrétien), Gassendi (déisme, causes finales), Cyrano de Bergerac (épicurisme de Gassendi), Locke (empirisme, déisme, miracles), Newton (déisme, occultisme), Malebranche (théologie chrétienne), Leibniz (bon Dieu impuissant au dessus des lois de la nature, spiritualisme, causes finales), Wolf (leibnizien), Berkeley (spiritualisme), Condillac (sensualisme), Hume (scepticisme, critique de la causalité), Montesquieu (déisme), Voltaire (déisme), Helvétius (déisme), Rousseau (déisme, dualisme), La Mettrie (déisme),  Jefferson (épicurisme de Gassendi), Kant (principe de causalité limité aux phénomènes, Raison humaine limitée)
XIXe siècle: Hegel (spiritualisme, irrationalisme, théodicée chrétienne déguisée, contradiction érigée en principe), Fichte (spiritualisme), Schelling (irrationalisme), Kierkegaard (chrétien), Mill (empirisme), Comte (positivisme, relativisme), Cournot (transrationalisme, vitalisme), James (relativisme, positivisme) Schopenhauer (spiritualisme, positivisme), Marx (faux-matérialisme), Darwin (agnostique), Pasteur (déisme), Faraday (croyant), Nietzsche (scepticisme), Bergson (spiritualisme, vitalisme),  Santayana ("there is nothing impossible in the existence of the supernatural"), Mach (positivisme)
XXe siècle: Bohr (positivisme), Heisenberg (positivisme), Schrödinger (spiritualisme, védanta), Russell (positivisme logique, sceptique), Whitehead (théisme), Gödel (spiritualisme leibnizien), Cassirer (néo-kantien), Jaspers (mystique), Weil S. (mystique), Husserl (anti-rationaliste), Heidegger (anti-rationaliste), Wittgenstein (positivisme logique), Popper (néo-positivisme, pseudo-dualisme), Merleau-Ponty (anti-rationaliste), Sartre (spiritualisme, néo-positiviste), Levinas (croyant), Leo Strauss (révélation biblique), Foucault (relativisme), Habermas (limites de la Raison), Cioran, Levi-strauss (accepte les contradictions et les antinomies), David Kellogg Lewis (la liberté interrompt des lois de la nature ?), 
Contemporains: Penrose (néo-platonisme), Morin E. (relativisme), Comte-Sponville (envisage les limites de la Raison), Onfray (relativisme nietzschéen), Rosset (sceptique)


       ► L'Enonciation du Principe de Raison dans l'histoire de la philosophie


        ► L'irrationalité des "grands philosophes"


        ► Page principale